[Série] Riverdale


 

Il y a quelques mois, j’entendais parler de Riverdale. Je savais que la série était sur Netflix à ce moment-là, mais n’ayant plus Netflix, j’ai bien été contente lorsque arrivée dans un premier temps sur le lieu de formation, j’ai pu commencer la série sur le compte d’une autre animatrice jusqu’au milieu de cette première saison.

J’ai bien été contente d’avoir pu récupérer assez rapidement de l’internet pour pouvoir m’y remettre en reprenant de l’abonnement chez N. 

Continue reading « [Série] Riverdale »

[Film] 50 Nuances plus sombres


Est-ce que ca vous est déjà arrivé de vous retrouver dans une salle de cinéma et de vous demander ce que vous faisiez là? Et est-ce que ca vous est déjà arrivé d’aller voir un film, sachant pertinemment que vous n’alliez pas aimer?

(pendant 634 mots je vais parler de manière générale du film et du contexte dans lequel, je me suis retrouvée  allée le voir donc je te conseille soit de t’asseoir, soit de dérouler un peu l’article pour aller là où je parle du film en lui-même)

Au risque de me faire lyncher, c’est ce qui m’est arrivé en février lorsque je suis allée voir 50 Nuances plus sombres. A savoir que j’avais lu les livres en amont – du moins les deux premiers, qu’on m’avait prêté, et que faute de temps et surtout d’envie, je n’ai pas lu le troisième – et que je ne les avais déjà pas aimé.

Toulouse, je suis allée au cinéma. Par curiosité, et puis je voulais l’avoir vu pour pouvoir dire pourquoi j’aime pas ce film – ces films – sans entendre une réflexion d’un « fan » du genre, « mais tu l’as vu le film au moins? Tu peux pas critiquer si tu l’as pas vu. Et puis t’façon, t’as rien compris à l’histoire! ».

Je suis allée au cinéma, à Toulouse, donc. J’y étais de passage. J’avais oublié le prix exorbitant d’une place là-bas. A 11€ contre les 5€ dans ma campagne. A ce prix, je me suis dis que j’étais con quand même de dépenser cette somme pour un film que j’allais voir à reculons. J’y suis allée seule. Du haut de mon mètre cinquante-sept et de ma tête qui me donne quinze ans alors que je redouble pour la première fois ma vingt-troisième année, je me suis sentie seule dans cette salle alors qu’elle se remplissait. Et c’est bizarre de se sentir seule quand il y a du monde alors que quand j’étais venue la fois précédente pour y voir Les animaux fantastiques, j’étais réellement seule dans la salle, à trois personnes près. La salle était exclusivement féminine. Il y avait quand même quelques hommes, hein, et sans savoir pourquoi, je les plaignais d’être là. Le public était jeune, je dirais dans la moyenne des 16/20ans. 

Je me suis sincèrement demandée ce que je faisais dans cette salle et je me suis même dit avant que le film commence que je pouvais revendre le ticket (jusqu’au moment où je me suis dit que le ticket avait été zippé sans quoi je ne serais pas rentrée) et environ trois quart d’heure avant la fin que je pouvais toujours partir, que rien ne me retenait (à part le fait que je ne savais pas où était la sortie).

Au risque de me faire lyncher, j’ai vu ce second film et ça a confirmé ce que je savais déjà avec le premier: j’aime pas, mais vraiment, ces films. Et à cause de plusieurs choses.

Mais pourquoi t’es allée le voir? me diront certains. Comme je le disais plus haut, c’est par curiosité, et par désir d’avoir clefs en mains pour pouvoir dire que ce film, c’est de la daube, à mes yeux.

Et je précise bien « à mes yeux ». Parce que oui, on a tous des avis différents, Et que non, on n’a pas a aimé un film parce qu’il y a un engouement tout autour. Et non, je ne vais pas ne pas donner mon avis sous prétexte que pour certain(e)s, c’est pas cool de démonter un film qui leur aura plus.

Si j’aime pas un film, je suis en droit d’expliquer pourquoi, d’en parler, de donner mes arguments. Je peux comprendre qu’il y ai des gens qui aiment cette série -en fait non, pas du tout, pour le coup, mais je reste ouverte sur le fait que les goûts et les couleurs, ça ne se « discutent » pas dans le sens où moi-même j’aime énormément ce que parfois beaucoup n’aiment pas. Mais je ne me braque pas quand quelqu’un me dit qu’il n’aime pas Harry Potter. Au contraire, pouvoir discuter avec quelqu’un qui a un avis différent est instructif. 

Bref, six-cent-trente-quatre mots pour une introduction à un film, ça fait long, alors on va passer au film!

(si tu es passé du petit message jaune en haut à directement ici, sache que je vais essayer d’être le plus constructive possible. Je risque même de rentrer fortement dans le film à travers des détails de ce dernier mais je pars du principe qu’entre la date de sortie et mon article, il s’est passé suffisamment de temps pour que tout le monde l’ai vu, donc si tu continues, c’est tout état de cause!)

Je n’ai plus tous les éléments du premier film (et du premier livre) en tête mais pour replacer grosso modo dans le contexte de la série livres/films, c’est la rencontre d’une jeune fille vierge et timide qui rencontre un milliardaire riche et « sexy » (je mets sexy entre guillemets parce qu’avec le livre, je me l’étais imaginé à ma sauce donc ca allait, mais le milliardaire « sexy » du film ne concordait pas avec mon image à moi) qu’elle doit interviewer parce que sa pote blonde est malade et ne peut pas y aller elle-même. S’ensuit donc la rencontre puis une autre où le milliardaire lui parle contrat, elle devient sa soumise, lui, son maître, ils auront plusieurs parties de jambes en l’air sur le thème du sadomasochisme puisque c’est clairement l’idée et le thème du livre, et ce dernier tout comme le film lui aussi, se terminera sur la « séparation » des deux puisqu’après la demande d’Anna (elle a quand même demander à Grey de la frapper avec je sais plus quoi), celui-ci a obtempéré et elle s’est aperçu qu’il adorait ça; ce qui ne lui a pas plus à elle et elle s’est barrée. 

Groso modo, on a déjà là toute une compilation de crédibilité et de logique. Mais c’est surtout le fait qu’elle lui demande de le frapper puis qu’elle ne veuille plus le voir parce qu’il y a pris du plaisir à accomplir sa demande qui me choque le plus. Parce que bon, elle le savait quand même, qu’il est sadomasochiste, le mec, et qu’il adore être le dominant qui domine de toute sa hauteur sa soumise. Et c’est elle qui lui a demandé. 

Le premier film se termine donc sur cette scène.

Ce même premier film que j’avais vu en streaming à l’époque parce qu’on s’emmerdait ferme et on était toutes tombées d’accord que c’était purement commercial. Et on en était restées là.

Ce second film reprend peu de temps après. Elle bosse dans une maison d’édition, va savoir comment elle y est arrivée, et son supérieur est grave en kiffe sur elle, mais elle ne s’en rend  pas plus compte que ça ou en a juste rien a foutre. Je penche pour la première option. Elle va retrouver son ami photographe qui est lui aussi en kiffe sur elle et qui a prit des portraits d’elle et les a affiché dans la galerie où elle le rejoint au milieu de la foule venue voir la galerie. Celui-ci tente au passage de l’inviter au restaurant et tenez vous bien car ça fait cinq à dix minutes que le film a commencer lorsqu’on apprend que quelqu’un a acheter le lot de six portraits d’Anna et que cinq secondes après, on voit débarquer… Christian Grey! Christian Grey qui ne supporte pas de savoir que quelqu’un pourrait reluquer cette charmante et si naïve jeune fille.

Il veut lui parler, elle refuse. Il veut lui parler, elle accepte. Ils vont parler, ils finissent par se sauter l’un dessus l’autre.

Je cherche encore la logique et la crédibilité suite à cette scène donc si vus les croisez, n’hésitez pas à nous mettre en contact!

Tout au long du film, ca sera de ce même niveau, sachant que nous verront apparaître dans ce film deux personnes ayant eu un rôle important dans la vie de Grey.

Rôles qui ne seront que très et trop peu développés dans le film au profil de la romance Grey-Steele, alors qu’en les développant, nous aurions eu vraiment le côté sombre de Grey, ce qui aurait répondu au titre…

La seule scène qui m’ai fait rire c’est celle où Mme Robinson, à la fin du film, dit à Anna qu’elle n’a pas fait ce qu’elle lui  dit, suite à quoi Anna lui balance son verre à la figure, Christian débarquant à ce moment lui demande partir, qu’elle ne lui a appris que la baise alors qu’Anna lui a appris a aimer (quand et comment je sais pas encore), et à ce moment-là débarque la mère de Christian qui met une claque monumentale à Mme Robinson.

Tout, dans les réactions, dans les dialogues, dans les jeux d’acteurs, est peu crédible. Anna est trop… naïve et en même temps (le jeu d’acteur y est sûrement, je l’ai trouvais assez mauvais, d’ailleurs) pas crédible. La fille, je veux bien qu’elle soit tombée amoureuse à la fin du premier, mais déjà là, comment tu peux en arriver là alors que le mec te parle clairement de contrat où tu dois pas le toucher, où tu dois faire tout ce qu’il te dit y compris l’appeler Monsieur, en bref, être sa soumise? Et surtout comment tu peux retourner en cinq minutes dans ses bras comme si de rien n’était? Le mec, il a pas eu à forcer que t’es déjà dans ses bras à nouveau! Crédibilité, zéro pointé! 

Au final, ce que je reproche au film de manière générale – outre le fait que je trouve que rien n’est crédible -, c’est d’être resté en surface, de ne pas avoir creusé, de ne pas avoir donné plus de profondeur aux personnages. L’entrée des deux personnes ayant appartenu au sombre passé de Monsieur aurait justement donné du relief et une part beaucoup plus sombre si ça avait été réellement exploité. Ces deux personnes, elles sont à peine venues dire bonjour qu’elles étaient déjà en renvoi à l’expéditeur. En plus, même les personnages principaux sont si fade au final, qu’on en a une image mauvaise répondant aux clichés des films américains. Même eux ne sont au final que peu exploités, lisses. Et outres le fait que l’un comme l’autre, ils étaient imbuvables, ca aura eu raison de moi. 

Comme j’ai pu le lire ailleurs, c’est un film pour petites minettes et grandes ados « bercées d’illusions amoureuses et professionnelles ».

[Film] Dans la vallée d’Elah


Film vu il y a quelques temps sur Netflix, Dans la vallée d’Elah nous emmène dans l’enquête d’un père cherchant à comprendre ce qu’il s’est réellement passé par rapport à son fils, déclaré déserteur. Au fil de l’enquête, et face à l’hostilité, au silence des gens, ce père de militaire ne lâchera rien, aidé par une officier de police. Continue reading « [Film] Dans la vallée d’Elah »

[Film] Un sac de billes


Bonjour, tout le monde!

Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un film sorti en début d’année. Je pense que vous en aurez au moins entendu parler de nom au moment où vous lirez cet article. Il s’agit du film Un sac de billes, film tiré du livre éponyme écrit par Joseph Joffo que j’avais découvert par ma co-blogueuse Lektriss.

Continue reading « [Film] Un sac de billes »

[Film] Premier Contact


Dans le genre Science-Fiction – de façon générale) et Extraterrestre, je trouve que nous sommes bien servi depuis quelques années entre District 9 (2009), Interstellar (2014), Seul sur Mars (2015), Gravity (2013), La cinquième vague (2016), Indepedance Day 1 et 2 (1996 et 2016) et Battle Ship (2013), et ce parfois pour le meilleur mais aussi pour le pire. 

J’adore la Sci-Fi, et j’apprécie de voir des films sur le sujet par rapport à ce qu’on nous montre d’un futur possible ou impossible, j’aime voir la façon dont les producteurs transposent leurs idées à l’écran, j’aime pouvoir me projeter dans un univers où tout peut changer, être totalement différent du notre. Si j’ai adoré Interstellar (quoi qu’il n’y ai pas d’extraterrestres) pour son thème et pour la façon dont le film a été réalisé, j’avoue avoir eu du mal avec Independance Day et encore plus avec Battle Ship (qui est pour moi un pur raté, mais évidemment, ce n’est que mon avis…), Premier Contact a été un film que j’ai très apprécié car très différent de ce qu’on peut voir dans d’autres films du genre.

Dans ces films où les Extraterrestres occupent une bonne place (Independance DayBattle Ship), on se retrouve bien (trop?) souvent avec de la baston, parce que bon, vous comprenez, ils viennent pas de notre planète et s’ils se posent ici, c’est qu’ils cherchent automatiquement à nous envahir et donc à nous détruire, à nous, pauvres humains que nous sommes!

Sérieusement, on va pas ce mentir, hein!, mais c’est rare les films d’Extraterrestre qui ne sont pas en mode U.S. Army, avec des bastons à tire-foin-foin. A chaque fois, pour la noble cause du divertissement (évidemment qui d’autre?), on nous sert le même scénario (ou presque!) où les Extraterrestres ont le mauvais rôle habituel de l’envahisseur et contre lequel l’armée (bien souvent américaine) va vaillamment nous défendre et nous sauver, le film se finissant sur THE victoire des humains si héroïques.

Voilà typiquement le genre de scénarios que je vois trop souvent (ou alors n’ai-je vraiment vu que les pires?). 

Ici, avec Premier Contact, le réalisateur change le genre, danse sur une autre corde et si la menace d’une guerre (encore ces humains qui se sentent sur la sellette) est présente, celle-ci n’est vraiment pas à l’ordre du jour dans ce film quoiqu’elle reste une menace que l’on sent tout au long du flm, et les Extraterrestre n’y sont vraiment pour rien. La tension est palpable avec des acteurs qui jouent à merveille leur rôle. On explore à travers ce film la possibilité de communiquer avec une autre forme de vie que la notre, une autre forme de vie qui ne vient pas de Terre. 

Si de prime abord, ils sont effrayés à leur première rencontre avec les Extraterrestres (qui pourrait leur en vouloir?), nos deux personnages principaux, Louise et Ian, ne rejettent pas ces êtres venus d’ailleurs. Au contraire, ils vont aller jusqu’au bout pour comprendre, pour les comprendre, et au passage, apprendre à communiquer avec eux.

Outre la communication, le film met en avant à travers ce langage une manière de voir la vie comme un tout et non plus comme une chose linéaire, ce qui expliquera ces flashs, ces visions qu’aura Louise en lien avec ce que lui dira quelqu’un: « Tu as l’arme », suite à ces moments de communication ce qui montrera définitivement qu’ils ne sont pas là pour détruire la Terre et l’envahir mais bel et bien pour les aider, mettant en avant l’empathie, entre autre, mais aussi le fait d’accepter l’autre à travers l’Extraterrestre et la communication.


Coup de coeur


J’ai vraiment aimé ce film qui est un coup de cœur, et ca fait du bien de voir qu’on arrive encore à des découvertes comme celle-ci.  J’ai passé un moment agréable, sans jamais m’ennuyer là où certains pourraient dire que le film manque d’action car pour moi, le film était loin du manque d’action, justement (si tant soit peu que certains acceptent que Action ne rime pas nécessairement avec baston). Il n’y avait pas de longueurs, ni de trop grands raccourcis pris et le jeu des acteurs a joué un rôle clef dans tout ca.

En bref, je vous conseille vraiment ce film, de le noter dans vos film « à voir »! 

Sortie: 7 Décembre 2016

Vu: 15 Janvier 2017

Durée: 1h56

Nationalité: Américaine

Genre: Science-Fiction

Acteurs: Amy Adams, Jeremy Renner

premier-contact

« Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. 

Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain… »

 

[Série] Stranger Things


Salut à tous!!

Aujourd’hui, je reviens avec une série découverte sur Netflix en Décembre que j’ai beaucoup apprécié. Comme vous avez pu le voir, il s’agit de Stranger things. La série avait suscité un certain engouement et tout le monde en parlait peu avant sa sortie sur Netflix. J’ai mis du temps à m’y mettre, ne sachant pas si elle en valait la peine à ce moment là. Et franchement….

Continue reading « [Série] Stranger Things »

[Film] Les Animaux Fantastiques


Le film ne passant pas chez moi, j’ai profité d’un passage à Toulouse pour aller voir ce film qui me tentait bien malgré quelques réticences et si j’avais été très déçue du livre Harry Potter et l’enfant maudit, j’avoue avoir pris du plaisir à regarder Les animaux fantastiques, qui est rattaché à l’univers d’Harry Potter.

Le film en lui-même dure assez longtemps, deux heures quinze il me semble, mais je n’ai pas du tout vu passer le temps. J’ai bien aimé débarquer en 1926, à New-York, avec Norbert Dragonneau, auteur du très célèbre livre Les animaux fantastiques, ce même livre que les élèves de Poudlard connaissent désormais très bien à l’époque de Harry Potter. Continue reading « [Film] Les Animaux Fantastiques »

Black Mirror – Blanc comme neige


Episode solitaire de chez Black Mirror, celui-ci est le dernier qu’il me manquait de la série pour clôturer cette dernière. Et décembre oblige, le thème de l’épisode s’y prêtait plutôt bien.

Comme je le disais dans mes autres avis concernant les autres épisodes et saisons, j’ai commencé un peu en vrac par la troisième saison puis par la première et enfin par la seconde, en plus de l’épisode spécial. Episode final qui se trouve ici et avec lequel je clôture donc la série Black Mirror. Continue reading « Black Mirror – Blanc comme neige »

Black Mirror – Le show de Waldo


J’ai un peu moins adhéré a cet épisode qui met en avant la politique et la place de personnages complètement fictifs. Si on y retrouve dans le casting un acteur que j’apprécie beaucoup notamment pour ses rôles dans Outlander et Game of Thrones, j’ai eu beaucoup de mal, malgré son jeu d’acteur à apprécier son personnage (ou même à le détester), et il en va de même avec les autres. 

Continue reading « Black Mirror – Le show de Waldo »