[Littérature] les optimistes meurent en premier


Après ma déception avec Blacklistée, je suis bien contente d’avoir pu lire ce petit livre de la littérature jeunesse. Entre le fait qu’il se lise facilement et qu’en plus le sujet soit sympa, je m’y suis vraiment régalée.

On se retrouve avec Pétula, jeune fille de seize ans, qui fait en sorte d’éviter toute contamination ou chose pouvant amener à un danger menant lui-même à une mort certaine. Exemples types: éviter tout contact physique avec les gens, se laver les mains à l’anti-bactérien en chantant deux fois « joyeux anniversaire » et utiliser les escaliers plutôt que l’ascenseur après avoir fait un détour rallongeant son chemin pour éviter le chantier qui risquerait de la tuer.

Elle mène son petit train de vie ainsi depuis ce drame d’il y a deux ans environ. Et c’est sans compter la journée sur le groupe d’art thérapie qu’elle est obligée de « subir » et où aucun ne supporte les autres ainsi que sur Jacob, l’homme bionique qui débarque et un jour dans leur lycée, dans leur groupe, et qui les réunira pour de bon. Pour de bon? Peut-être. Mais ne soyons pas trop optimistes ou nous serrons les premiers à mourir!

A côté de cela, le soir, Pétula est avec son père qui travaille tout le temps, qui part tôt travailler et qui rentre tard, à cause des papiers. Elle est aussi avec sa mère, une amoureuse des chats qui peuplent la maison familiale.

Le pessimiste aura-t’il raison d’elle? Et la culpabilité d’eux tous? Car au milieu de tout ça, il leur faudra apprendre à vivre malgré les drames, à pardonner et surtout à se pardonner.

J’ai beaucoup aimé ce livre, cette histoire, qui a une bonne énergie et qui est loin de faire cliché et cucul-la-praline-à-dos-de-licorne. Non, au contraire, j’ai bien rigolé avec le côté extrême de Pétula. J’ai pas pu m’empêcher de ressentir cette culpabilité qu’ont Jacob et Pétula. Et je me suis dit que l’arrivée même de Jacob était vraiment la bienvenue et qu’elle a vraiment eu un bel effet sur tout un groupe. D’ailleurs, elle met en avant à quel point on peut culpabiliser d’une situation vécue et qu’il faut savoir avancer, pardonner.

C’est un livre qui malgré tout est léger à lire et je dirais même idéal pour les vacances quand on n’a pas envie d’un sujet costaud, trop prenant. Donc, au cas où vous l’auriez pas compris, je vous le conseille vraiment!!

Les optimistes meurent en premier« Depuis la tragédie qui a anéanti sa famille, Pétula, seize ans, a développé de nombreuses phobies et prétend qu’une prudence et une hygiène extrêmes lui permettrons de paré à la moindre catastrophe. Mais est-ce bien réaliste?… Au lycée, contrainte et forcée, elle fait partie d’un atelier d’art-thérapie. Les adolescent « à problèmes » qui y assistent se supportent tout juste.Jusqu’à ce Jacob, « l’homme bionique », fasse son apparition. Appareillé depuis qu’il a perdu son avant-bras, le jeune homme, grand cinéphile, est aussi moqueur qu’attentif aux autres. A ses côtés, Pétula se sent enfin revivre.Mais il se pourrait qu’il cache aussi un secret trop lourd à porter… »

De: Susin Nielsen

traduit du canadien par: Valérie Le Plouhinec

à: 14,90€

Publicités

3 thoughts on “[Littérature] les optimistes meurent en premier

  1. oursebibliophile

    J’adore Susin Nielsen donc j’ai vraiment envie de le lire. Merci pour ta critique, la publication de ce nouveau livre m’avait échappé ! Je te conseille Le journal malgré lui de Henry K. Larsen si tu ne l’as jamais lu. C’est poignant, mais c’est vraiment un régal.

    Aimé par 1 personne

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s