[Littérature] No Home


J’avais découvert No Home en même temps que quelques autres sur le blog de Bettie Rose Book, et le résumé qu’elle en faisait ne m’avait pas laissée indifférente; ainsi que l’esclavage et l’histoire des noirs.

Dès le début de l’histoire, on se retrouve au Ghana, plusieurs siècles en arrière avec un premier personnage pour finir à notre siècle avec les deux derniers descendants. Si l’originalité du livre réside dans le fait que chaque chapitre raconte une part de la vie de chaque descendant au fil des siècles qui défilent – et dont le nom est situé sur l’arbre généalogique au début du livre -, l’autrice a su employer sa plume avec tant de force que 

 

chaque chapitre laisse une trace quasi indélébile, un goût amer.

J’ai beaucoup apprécié ce livre pour le caractère qui s’en dégage. Le fait que chaque chapitre soit la voix d’une personne qui nous emmène dans sa propre histoire, ses soucis, ses difficultés, et ce, quitte à nous laisser à la fin dans l’ignorance de ce qui va leur arriver par la suite, m’a énormément plu. On ne reste jamais indifférent face à ce qui leur arrive.

J’ai beaucoup aimé ce livre parce qu’il ne s’embarrasse pas d’une surdose de je-ne-sais-quoi genre ‘tit biscuit trop parfumé à l’eau de rose. Ca vient comme ca vient.

Dire que je trouvais que ca faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre aussi vite après avoir fini le T3 de La Passe-Miroir… Celui-ci aura été fini en quatre jours.

no-home

« Deux sœurs à la destinée bouleversante.

Trois siècles d’histoire.

XVIII siècle, au plus fort de la traite des esclaves. Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Efia est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l’océan traversé. Efia ignore que sa sœur Esi est enfermée, avant d’être expédiée en Amérique où, des champs de coton jusqu’à Harlem, ses enfants et petits-enfants seront inlassablement jugés pour leur couleur de peau. La descendance d’Efia, métissée et éduquée, connaît une autre forme de souffrance: perpétuer sur place le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations.

Naviguant brillamment entre Afrique et Amérique, Yaa Gyiasi écrit le destin d’une famille à l’arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage inoubliable dans le temps. »

de : Yaa Gyasi

M.E : Calman Levy

Prix : 21,90€

Publicités

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s