Est-ce que ca vous est déjà arrivé de vous retrouver dans une salle de cinéma et de vous demander ce que vous faisiez là? Et est-ce que ca vous est déjà arrivé d’aller voir un film, sachant pertinemment que vous n’alliez pas aimer?

(pendant 634 mots je vais parler de manière générale du film et du contexte dans lequel, je me suis retrouvée  allée le voir donc je te conseille soit de t’asseoir, soit de dérouler un peu l’article pour aller là où je parle du film en lui-même)

Au risque de me faire lyncher, c’est ce qui m’est arrivé en février lorsque je suis allée voir 50 Nuances plus sombres. A savoir que j’avais lu les livres en amont – du moins les deux premiers, qu’on m’avait prêté, et que faute de temps et surtout d’envie, je n’ai pas lu le troisième – et que je ne les avais déjà pas aimé.

Toulouse, je suis allée au cinéma. Par curiosité, et puis je voulais l’avoir vu pour pouvoir dire pourquoi j’aime pas ce film – ces films – sans entendre une réflexion d’un « fan » du genre, « mais tu l’as vu le film au moins? Tu peux pas critiquer si tu l’as pas vu. Et puis t’façon, t’as rien compris à l’histoire! ».

Je suis allée au cinéma, à Toulouse, donc. J’y étais de passage. J’avais oublié le prix exorbitant d’une place là-bas. A 11€ contre les 5€ dans ma campagne. A ce prix, je me suis dis que j’étais con quand même de dépenser cette somme pour un film que j’allais voir à reculons. J’y suis allée seule. Du haut de mon mètre cinquante-sept et de ma tête qui me donne quinze ans alors que je redouble pour la première fois ma vingt-troisième année, je me suis sentie seule dans cette salle alors qu’elle se remplissait. Et c’est bizarre de se sentir seule quand il y a du monde alors que quand j’étais venue la fois précédente pour y voir Les animaux fantastiques, j’étais réellement seule dans la salle, à trois personnes près. La salle était exclusivement féminine. Il y avait quand même quelques hommes, hein, et sans savoir pourquoi, je les plaignais d’être là. Le public était jeune, je dirais dans la moyenne des 16/20ans. 

Je me suis sincèrement demandée ce que je faisais dans cette salle et je me suis même dit avant que le film commence que je pouvais revendre le ticket (jusqu’au moment où je me suis dit que le ticket avait été zippé sans quoi je ne serais pas rentrée) et environ trois quart d’heure avant la fin que je pouvais toujours partir, que rien ne me retenait (à part le fait que je ne savais pas où était la sortie).

Au risque de me faire lyncher, j’ai vu ce second film et ça a confirmé ce que je savais déjà avec le premier: j’aime pas, mais vraiment, ces films. Et à cause de plusieurs choses.

Mais pourquoi t’es allée le voir? me diront certains. Comme je le disais plus haut, c’est par curiosité, et par désir d’avoir clefs en mains pour pouvoir dire que ce film, c’est de la daube, à mes yeux.

Et je précise bien « à mes yeux ». Parce que oui, on a tous des avis différents, Et que non, on n’a pas a aimé un film parce qu’il y a un engouement tout autour. Et non, je ne vais pas ne pas donner mon avis sous prétexte que pour certain(e)s, c’est pas cool de démonter un film qui leur aura plus.

Si j’aime pas un film, je suis en droit d’expliquer pourquoi, d’en parler, de donner mes arguments. Je peux comprendre qu’il y ai des gens qui aiment cette série -en fait non, pas du tout, pour le coup, mais je reste ouverte sur le fait que les goûts et les couleurs, ça ne se « discutent » pas dans le sens où moi-même j’aime énormément ce que parfois beaucoup n’aiment pas. Mais je ne me braque pas quand quelqu’un me dit qu’il n’aime pas Harry Potter. Au contraire, pouvoir discuter avec quelqu’un qui a un avis différent est instructif. 

Bref, six-cent-trente-quatre mots pour une introduction à un film, ça fait long, alors on va passer au film!

(si tu es passé du petit message jaune en haut à directement ici, sache que je vais essayer d’être le plus constructive possible. Je risque même de rentrer fortement dans le film à travers des détails de ce dernier mais je pars du principe qu’entre la date de sortie et mon article, il s’est passé suffisamment de temps pour que tout le monde l’ai vu, donc si tu continues, c’est tout état de cause!)

Je n’ai plus tous les éléments du premier film (et du premier livre) en tête mais pour replacer grosso modo dans le contexte de la série livres/films, c’est la rencontre d’une jeune fille vierge et timide qui rencontre un milliardaire riche et « sexy » (je mets sexy entre guillemets parce qu’avec le livre, je me l’étais imaginé à ma sauce donc ca allait, mais le milliardaire « sexy » du film ne concordait pas avec mon image à moi) qu’elle doit interviewer parce que sa pote blonde est malade et ne peut pas y aller elle-même. S’ensuit donc la rencontre puis une autre où le milliardaire lui parle contrat, elle devient sa soumise, lui, son maître, ils auront plusieurs parties de jambes en l’air sur le thème du sadomasochisme puisque c’est clairement l’idée et le thème du livre, et ce dernier tout comme le film lui aussi, se terminera sur la « séparation » des deux puisqu’après la demande d’Anna (elle a quand même demander à Grey de la frapper avec je sais plus quoi), celui-ci a obtempéré et elle s’est aperçu qu’il adorait ça; ce qui ne lui a pas plus à elle et elle s’est barrée. 

Groso modo, on a déjà là toute une compilation de crédibilité et de logique. Mais c’est surtout le fait qu’elle lui demande de le frapper puis qu’elle ne veuille plus le voir parce qu’il y a pris du plaisir à accomplir sa demande qui me choque le plus. Parce que bon, elle le savait quand même, qu’il est sadomasochiste, le mec, et qu’il adore être le dominant qui domine de toute sa hauteur sa soumise. Et c’est elle qui lui a demandé. 

Le premier film se termine donc sur cette scène.

Ce même premier film que j’avais vu en streaming à l’époque parce qu’on s’emmerdait ferme et on était toutes tombées d’accord que c’était purement commercial. Et on en était restées là.

Ce second film reprend peu de temps après. Elle bosse dans une maison d’édition, va savoir comment elle y est arrivée, et son supérieur est grave en kiffe sur elle, mais elle ne s’en rend  pas plus compte que ça ou en a juste rien a foutre. Je penche pour la première option. Elle va retrouver son ami photographe qui est lui aussi en kiffe sur elle et qui a prit des portraits d’elle et les a affiché dans la galerie où elle le rejoint au milieu de la foule venue voir la galerie. Celui-ci tente au passage de l’inviter au restaurant et tenez vous bien car ça fait cinq à dix minutes que le film a commencer lorsqu’on apprend que quelqu’un a acheter le lot de six portraits d’Anna et que cinq secondes après, on voit débarquer… Christian Grey! Christian Grey qui ne supporte pas de savoir que quelqu’un pourrait reluquer cette charmante et si naïve jeune fille.

Il veut lui parler, elle refuse. Il veut lui parler, elle accepte. Ils vont parler, ils finissent par se sauter l’un dessus l’autre.

Je cherche encore la logique et la crédibilité suite à cette scène donc si vus les croisez, n’hésitez pas à nous mettre en contact!

Tout au long du film, ca sera de ce même niveau, sachant que nous verront apparaître dans ce film deux personnes ayant eu un rôle important dans la vie de Grey.

Rôles qui ne seront que très et trop peu développés dans le film au profil de la romance Grey-Steele, alors qu’en les développant, nous aurions eu vraiment le côté sombre de Grey, ce qui aurait répondu au titre…

La seule scène qui m’ai fait rire c’est celle où Mme Robinson, à la fin du film, dit à Anna qu’elle n’a pas fait ce qu’elle lui  dit, suite à quoi Anna lui balance son verre à la figure, Christian débarquant à ce moment lui demande partir, qu’elle ne lui a appris que la baise alors qu’Anna lui a appris a aimer (quand et comment je sais pas encore), et à ce moment-là débarque la mère de Christian qui met une claque monumentale à Mme Robinson.

Tout, dans les réactions, dans les dialogues, dans les jeux d’acteurs, est peu crédible. Anna est trop… naïve et en même temps (le jeu d’acteur y est sûrement, je l’ai trouvais assez mauvais, d’ailleurs) pas crédible. La fille, je veux bien qu’elle soit tombée amoureuse à la fin du premier, mais déjà là, comment tu peux en arriver là alors que le mec te parle clairement de contrat où tu dois pas le toucher, où tu dois faire tout ce qu’il te dit y compris l’appeler Monsieur, en bref, être sa soumise? Et surtout comment tu peux retourner en cinq minutes dans ses bras comme si de rien n’était? Le mec, il a pas eu à forcer que t’es déjà dans ses bras à nouveau! Crédibilité, zéro pointé! 

Au final, ce que je reproche au film de manière générale – outre le fait que je trouve que rien n’est crédible -, c’est d’être resté en surface, de ne pas avoir creusé, de ne pas avoir donné plus de profondeur aux personnages. L’entrée des deux personnes ayant appartenu au sombre passé de Monsieur aurait justement donné du relief et une part beaucoup plus sombre si ça avait été réellement exploité. Ces deux personnes, elles sont à peine venues dire bonjour qu’elles étaient déjà en renvoi à l’expéditeur. En plus, même les personnages principaux sont si fade au final, qu’on en a une image mauvaise répondant aux clichés des films américains. Même eux ne sont au final que peu exploités, lisses. Et outres le fait que l’un comme l’autre, ils étaient imbuvables, ca aura eu raison de moi. 

Comme j’ai pu le lire ailleurs, c’est un film pour petites minettes et grandes ados « bercées d’illusions amoureuses et professionnelles ».

Publicités

7 commentaires sur « 50 Nuances plus sombres »

  1. Je n’ai jamais lu, ni vu Cinquante nuances de Grey/plus sombres. Et je n’en ai pas l’intention parce qu’il y a des limites à ce que je peux endurer. ^^ Et tu m’as bien confirmé ça !
    Je suis en train de lire les articles de l’Odieux Connard qui explique/cite/dissèque Grey, je ne sais pas si tu les connais, mais c’est à mourir de rire ! Quand j’aurai fini ma lecture, je les garderai dans un coin de mon ordi pour les jours de déprime. Et surtout, ça me suffit pour constater que c’est pathétique, ridicule, mal écrit et, comme tu le dis, que ça manque terriblement de cohérence !
    Je ne comprends pas le succès que ça a eu…

    Aimé par 1 personne

  2. Tu me confirme encore une fois que je dois me tenir éloignée le plus possible de ce livre/film. J’adore ton résumé, il est très drôle mais même comme ça j’ai eu envie de calquer la fille.
    Après j’avoue que je suis tenté de le lire, au moins pour plus entendre les « tu l’a pas lu tu peux pas en parler ». Mais vu comment tu as souffert avec le film, je pense pas tenté.

    J'aime

    1. Haha le film est une horreur, le livre est une horreur, les deux combinés sont une horreur…. e cette fille est une horreur, et ce mec est une horreur…. le tout est une torture X)
      Lis le ‘ on sait jamais, et t’auras au moins la possibilité de dire à ces gens là qui disent « ouai mais tu l’as pas lu » qu’en fait, sisi, tu l’as lu et c’est vraiment de la daube ratée ^^

      Aimé par 1 personne

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s