Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge, Chambre 507 me laisse sur un sentiment très mitigé. Pourtant, il y avait de l’idée, de la bonne idée que laissait transparaître la quatrième de couverture. 

Je sais pas trop par où commencer tellement j’ai eu du mal avec pas mal de points et eu des difficultés avec l’histoire et les personnages en générale. J’ai eu du mal tout court avec ce livre et pourtant j’aimerai pouvoir en ressortir du positif, aussi petit cela soit-il.

Je tente le positif


J’ai bien aimé ce côté de l’histoire qui se joue sur deux plans: la vie personnelle du personnage principal, Zach, et sa vie professionnelle. L’intrigue ainsi menée permet d’instiller des moments de doutes alors que l’affaire que Zach doit gérer n’a aucun lien avec sa vie personnelle.

De plus, à travers l’histoire, je me suis vraiment retrouver à me dire, à me demander si l’aveugle » avait réellement un problème puis s’il n’était pas atteint d’un trouble mental sévère, tout comme pour Zach, où j’ai eu des doutes sur sa santé mentale. La petite touche de surnaturel y contribuant. 

Si le lieu tend  nous faire voir un environnement glauque, il n’empêche qu’il fait insalubre, ce qui aide à nous mettre aussi dans l’histoire.

Mais faut bien que le négatif soit dit aussi…


Dès les premières pages, on se retrouve avec un personnage – Zach – trop sûre de lui, pour ne pas dire insupportable même – trait de caractère qui ressort beaucoup puisque le livre est écrit à la première personne du singulier, ce qui a eu tendance à m’arracher les cheveux. Si seulement ça s’était arrête à Zach… mais non!

Non, puisque même son frère est insupportable. Et même le père! A croire que c’est de famille… Le frère qui est plus jeune que Zach  passe son temps à user et abuser d’expression qui lui passent par la tête et ce, à toute les sauces. Quand au père, il est psychorigide comme pas possible et intraitable quant au fait que son aîné ait un boulot sous prétexte que monsieur n’accepte pas que son fils s’occupe d’un patient qui est aussi accusé d’homicide et dont il « s’occupe ».

La petite-amie de Zach est à la limite celle que j’apprécie le plus dans l’histoire mais au final moins « présente ». Très proche du petit frère, est une geekette qui aura son utilité dans l’histoire mais m’aura saoulée lors de l’histoire de la lettre.

A eux trois, la tribu de Zach m’aura énervée avec toutes leurs niaiseries, leur vocabulaire à deux francs six sous que même des primaires n’utiliseraient pas -« J’te love », « Merveille Vermeille », « Ma chérie », « Ma chérie », « Ma chérie, je te love tellement »,… et j’en passe tellement ils étaient répétitifs à m’en faire presque vomir. 

Le livre en lui-même prend des longueurs à certains moments qui auraient pu être évitées par un rythme plus élevé, plus d’action, plus de lien avec l’aveugle. La façon dont est écrit le livre ne m’aura pas aidé à accrocher, ce qui fait de ce livre un flop au milieu de mes premières lectures de 2017…

Chambre 507« Bienvenue au Brink.

Installé dans les profondeurs d’une vieille mine new-yorkaise, l’hôpital de Brinksvale accueille les criminels les plus déments – trop dangereux pour l’asile, trop déséquilibrés pour la prison, en un mot: irrécupérables.

Jeune thérapeute aux méthodes hétérodoxes, Zack Taylor peut en témoigner. Chargé de déterminer si le nouveau pensionnaire de la chambre 507, suspecté de douze homicides, est apte à être jugé, ce sont toutes ses certitudes qui vacillent soudain. Car malgré sa cécité, Martin Grace semble percer à jour ses peurs les plus enfouies…

De les réveiller…

Et de les déchaîner. »

Publicités

2 commentaires sur « Chambre 507 »

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s