Livre que j’ai lu en deux jours, je dois dire que malgré quelques petits trucs qui me chiffonnent le livre s’en sort plutôt bien.

The book of Ivy

« Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ?
À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
Cette année, mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance.
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? The Book of Ivy est le premier roman d’Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d’amour torturée. »

Mon Avis:

Comme je le disais tout en haut, le livre s’en sort plutôt bien malgré quelques petits trucs qui me chiffonnent. Et je me dis qu’il s’en sort vraiment bien malgré tout puisque je l’ai lu en seulement deux jours. Pour moi, un livre qui se lit vite c’est qu’on a quand même pas mal d’atomes crochus avec. Même s’il y a des exceptions qui confirment la règle.

Ce qui me chiffonne, c’est entre autre (attention au détail qui tue) si j’ai bon souvenir le fait que les Latimer ont donné comme prénom à leur fils le nom de de famille de la femme du président (soit la mère de Bishop qui s’appelait avant le mariage Erin Bishop). Vous me suivez?

Bon, ensuite dans la quatrième de couverture de mon livre il est écrit, attention je cite: « […] je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie: tuer le garçon que l’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare à cette mission. » Hum comment vous dire que parfois j’ai l’impression que les quatrième de couverture ne correspondent pas aux livres en question? Ivy n’épouse Bishop que parce que celui n’a pas voulu de sa soeur aînée. Or elle avait 14 ans, 14 FOUTUS ANS!!!, quand elle a appris qu’elle allait épouser Bishop. Et c’était sa foutu soeur qui devait le tuer. Elle, s’était juste la roue de secoure et bon,ça me laisse sceptique quand ils disent que dans le résumé, elle se prépare depuis sa plus tendre enfance à le tuer.

Ensuite quand je regarde la quatrième de couverture du second tome, je m’arrache les cheveux. Certes, sa soeur et son père ne font rien pour a sauver à la fin mais de là à dire ça: « Trahie par sa famille, abandonnée par Bishop, elle doit quitter Westfall et s’enfonce dans la nature sauvage et découvre qu’elle est habitée. » alors que c’est elle et elle seule qui s’y est mise en laissant la lettre dans le bureau de l’avocate… Je crois que j’en suis à trois poignées de cheveux arrachées. 

Bon malgré ces petits écarts, le livre est plutôt bien tourné même si on ne sait rien de ce qui c’est passé plus en détail si ce n’est que suite à la destruction nucléaire de presque tout, une poignées d’hommes et femmes ont survécut et que deux familles se sont opposées. La ville, j’en ai une image bizarre, celle d’une ville comme une mise en scène, une ville de poupées, ce qui est assez étrange.

Pour ce qui est de la situation familiale, Ivy je la plaint un peu. Elle se retrouve suite au mariage arrangée dans une famille qu’elle a appris à détester parce que son père et sa sœur n’ont que le désir de vengeance en tête et en profite pour faire la manipuler tant sur le plan affectif que sur le reste. En bref, un climat pas très sein. D’ailleurs il y a quelques petits trucs que je trouvais peu ou pas assez approfondi à ce niveau là et c’est peut-être pour ça que j’en vient à regretter le manque de détail sur le pourquoi du comment on en est arrivé là. 

Après voilà, pour moi ca reste un bon livre, qui plus est distrayant! Il correspond surement plus à une tranche d’âge plus jeune que moi peut-être mais à le mérite d’être accessible à tous. En plus, Ivy est quand même assez féministe et remet en cause les mariages arrangés, la place de la femme dans cette société et le fait qu’une femme doit procréer, faire le ménage et la cuisine et attendre sagement à la maison. Bishop, placé en tant que mec fermé, voir inaccessible, à un certain charme, d’autant qu’il n’est pas fondamentalement en accord avec tout ce que dit son père. Bien sur, j’aurais aimé plus de…. profondeur mais ils ont déjà beaucoup, ce qui rend l’histoire bien! 

Publicités

7 commentaires sur « The Book of Ivy T1 »

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s