Carrie« Carrie White, dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, vit un calvaire : elle est victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets a distance, bien qu’elle le maîtrise encore avec difficulté…

Un jour, cependant, la chance parait lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l’aimer, l’invite au bal de printemps de l’école. Une marque d’attention qu’elle n’aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d’un renouveau… »

Mon avis:

Je saurais pas trop dire où je me situe par rapport à ce livre car j’ai eu du mal à le lire et j’ai mis un temps fou à le terminer malgré sa petite taille. Pour autant, j’ai quand même bien aimé, dans l’ensemble.

Carrie est attachante malgré cette timidité maladive. Et ce don complètement aléatoire qu’elle n’apprend à maîtriser qu’après l’événement des douches. Elle est décrite comme n’étant pas spécialement jolie avec un visage un peu bovin (si j’ai bon souvenir) et pourtant je ne peux m’empêcher d’en avoir une belle image, l’image d’une jeune fille dont les traits sont « grossiers » mais beaux, dont la timidité et le rejet transpirent à travers ses traits, ce qui fait qu’on ne la trouve pas spécialement jolie. Vous savez ce phénomène qui fait qu’on ne trouve pas belle une personne simplement parce que tout le monde la rejette? C’est un peu ça dans le livre.

Elle subit le fanatisme de sa mère qui voit en elle le diable, le rejet de ses camarades qui poussent le vice assez loin et l’indifférence des profs qui ne réagissent pas à la souffrance de cette enfant. Bref, Carrie patauge dans un climat malsain et injuste.

Mais c’est sans compter sur ce don qu’elle développe.

Et qui va faire virer au carnage un bal où Carrie subit encore une très mauvaise blague.

Le thème a vraiment tout eut pour me plaire. 

Le livre alterne récit et extraits de pièces d’études et autres. J’aime bien le principe car ça apporte une part de véracité, que je trouve sympa bien que le récit soit un peu trop entre-coupé, ce qui m’a un peu cassé dans ma lecture. Au niveau des extraits, j’ai préféré la fin car sous forme de dépositions, ce que je trouve plus enrichissant. Au début, ces extraits de livres et autres étaient trop long, j’ai trouvé. Et j’avais du mal à tout suivre en conséquence. 

J’aime bien aussi le fait qu’on puisse avoir accès  aux instants d’autres antagonistes de l’histoire, même si les passages n’occupent qu’une infime partie du roman, mais on voit l’évolution de l’histoire et des personnages. 

Après, c’est un livre que j’ai eu du mal à lire ou du moins que j’ai lu de façon saccadée car il y a un je ne sais quoi qui ne m’a pas accroché. En gros c’est pas un coup de coeur même si j’ai bien aimé dans l’ensemble.

Pour le moment, dans la série King, des trois livres actuellement (Carrie, Shining et Docteur Sleep), celui que j’apprécie vraiment le plus n’est autre que Shining.

Le livre

Auteur: Stephen King

Edition: Le Livre de Poche

Format: poche

Catégorie: Horreur – S-F – Fantastique – Roman

Sorti le: janvier 2010

Prix: 6€90

Publicités

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s