La fille du faiseur de rois« Angleterre, 1465. Les grandes familles de Lancastre et York se disputent le trône depuis plus de dix ans.

A cette époque un homme oeuvre dans l’ombre pour faire et défaire les dynasties, au gré de ses intêréts personnels: Richard Neville, comte de Warwick, surnommé le « faiseur de rois ». Celui-ci, sans héritier mâle, se sert de ses deux filles, Isabelle et Anne, comme des pions sur l’échiquier politique.

Suite à la trahison et la trahison de son père, Anne Neville verra sa mère être enfermée au sanctuaire et sa sœur mariée à l’ennemi. Isolée, vulnérable, dans cette cour où tout est danger et complot, elle s’en sortira en épousant Richard, le frère du roi. Malgré cela, elle devra encore affronter les foudres de la puissante famille royale, notamment celles de la reine.

Plongée au cœur des enjeux politiques dès son plus jeune âge, Anne connaîtra tour à tour les mariages opportunistes, le grand amour, la douleur des deuils, les illusions grisantes et les manœuvres perfides. Après avoir vu sa famille décimée, la fille du faiseur de roi réalisera-t’elle le grand projet de son père: devenir reine et donner naissance à un héritier, futur roi d’Angleterre? »

wp-1470655528362.png

Mon avis: 

J’ai beaucoup aimé ce livre de Philippa Gregory dont, vous l’aurez compris, je suis littéralement fan!

Ca m’a fait très bizarre de passer de La Reine Clandestine à La Fille  du Faiseur de Rois car les deux, dont l’histoire se passe sur les mêmes années, sont ennemies jurées. Et pourtant, la petite Anne, à sa première rencontre, trouve merveilleuse cette reine clandestine mariée par amour au roi. Mais sa destinée, et son père, vont en décider autrement. Et elle détestera vivement, de tout son temps, cette reine qu’elle appellera sorcière. Car en cette période là, la moindre rivale arrive à ses fins par la sorcellerie, et les accusations iront bon train.  

Ca m’a fait vraiment bizarre car cette reine clandestine par laquelle j’avais commencé, je m’y étais énormément attaché malgré ce petit côté un peu orgueilleux. Et sachant que la « haine » entre les deux allait dans les deux sens, j’avais appris à « détester » cette jeune fille, dont le père est encore plus détestable.

Au final, j’aime bien cette petite fille, enfant du faiseur de rois qui fait et défait les rois selon son envie. Pourtant, c’est pas l’envie qui me manquait de rentrer dans l’histoire et de lui dire de grandir, d’arrêter ses enfantillage, d’ouvrir les yeux et de pas se laisser manipuler. Elle est tellement naïve et croit tellement en son père et en ses paroles qu’elle ne voit pas la réalité, ou en tout cas cette réalité est faussée. J’avais l’impression que tout ne lui était pas dit (ce qui était le cas, en soit, vu que ce n’est qu’un pion) ou que tout lui était déformé de telle sorte qu’elle se retrouve à détester une reine qu’elle jalouse et accuse de la moindre de ses souffrances en conséquence, alors qu’elle aurait pu l’aimer comme on aime une sœur. Mais elle m’a plu, avec son parcours qui n’est pas des plus faciles. 

J’ai trouvé sympa et intéressant de superposer deux histoires, deux récits d’une période vécue et vue différemment par Elisabeth Woodville et Anne Neville, deux antagonistes de l’Histoire, ayant des parcours opposés. D’y rajouter aussi les histoires d’après, concernant Margaret Pole, fille de la sœur d’Anne Neville, qui connaîtra la période Boleyn, ainsi que Mary Boleyn, à travers laquelle on verra l’ascension de sa propre sœur et sa chute. 

J’aime bien les livres de Philippa Grégory car pour deux livres qui traitent de la même période, on n’a pas cette sensation de remettre les pieds dans le même plat, on remet pas les mêmes couverts là où on a l’impression de relire la même histoire avec la série U4 (Yannis et Stéphane).

Philippa Gregory joue une carte forte puisqu’en plus, sans verser dans l’eau de rose pailletée pour princesses et licornes, elle arrive à placer des femmes de l’Histoire peu connues et dont on parle peu ou pas du tout dans un contexte peu facile, dans un monde où la femme est un pion d’échec et est souvent un poids peu désiré. Ce sont des femmes fortes qui essaient de se défendre et de défendre les leurs, à leur façon et quoiqu’il arrive et elle rend les histoires très attrayantes, addictives.

Bref, c’est vraiment un livre que je conseille!

Auteur: Philippa Gregory

Edition: Hugo Roman

Format: grand

Catégorie: Roman – Histoire

Sorti le: 11 juin 2015

Prix: 19€95 (mon porte-monnaie a souffert lais c’était pour la bonne cause)

Publicités

2 commentaires sur « La Fille du Faiseur de Rois »

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s