Florence Hinckel


« Je m’appelle Yannis. Mes parents et ma sœur sont mort sous mes yeux. Depuis, leurs fantômes m’accompagnent partout. Il faut que je quitte Marseille avec mon chien, sinon je vais devenir fou. Je n’ai plus qu’un espoir: arriver à temps au rendez-vous, à Paris. » 

U4 Yannis

Éditeur: Syros / Nathan

Sorti le: 18/08/2015

Grand format

Catégorie(s): Roman – Post-Apocalyptique – Dystopie – Aventure

Prix: 16,90€

Mon avis

C’est sur le blog d’Alice Neverland (si j’ai bon souvenir) que j’ai découvert ce livre, ou plutôt ces quatre livres, indirectement. La couverture m’avait interpellée, ce je-ne-sais-trop-quoi de sinistre.

Déjà, outre le fait que ce soit un roman pour « jeunes », il faut savoir que ces quatre romans relatent, en fait, l’aventure, l’histoire de quatre personnages totalement indépendant les uns des autres, et chaque volume a été écrit par un auteur différent! 

C’est quand je me suis rendue dans un Cultura, que j’ai vu les quatre livres, que je me suis dit qu’il fallait que je les ai, que je les lise. Je ne savais pas si je devais en acheter un, deux, trois ou les quatre en même temps.Et puis, je me suis dit que quitte à en acheter  un, autant en acheter trois. Le problème, c’est que j’avais acheter les quatre en même temps parsque je ne savais pas trop lequel prendre. Je me suis retrouvée devant le même dilemme une fois chez moi, car j’avais vraiment envie de commencer l’aventure mais je savais pas par où commencer.

Yannis – Florence Hinckel

Stéphane – Vincent Villeminot

Jules – Carole Trébor

Koridwen – Yves Grevet

Chacun a son parcours. Chacun a son histoire. Chaque histoire s’entremêle à celle d’un autre. Alors je me suis lancée dans l’aventure de Yannis.

Je dois dire que j’ai plutôt bien accroché. Bien que le début ai été long. Bien que j’ai eu du mal avec le Yannis du début. 

J’ai bien accroché parsque l’histoire, sous forme de carnet de route, est bien rythmée. Chaque chose s’installe au fur et à mesure. Bien qu’il demeure, à mes yeux, quelques zones floues. Que font les militaires exactement? On en parle comme des adultes ayant survécut au virus. Comment les R Points se sont-ils mis en place? Comment les jeunes dont Yannis se sont retrouvés fiché terroristes sur les simples ordres d’une personne adulte? Est-ce parsque cette personne là a quelque chose  cacher? Comment tous ces hélicoptères peuvent-ils continuer à voler alors qu’il y a une pénurie d’essence?

Ces zones floues, d’un côté, nous tiennent en haleine car il est vrai que Yannis se préoccupe surtout de survivre et d’arriver à temps pour le rendez-vous. Mais entre temps, il fait des rencontres. D’abord Marco et François suivis de Stephane, personne clé puisqu’elle est le personnage principal d’un des quatre volumes, qui seront ses compagnons. Puis Elissa, première adulte vivante rencontrée en dehors des militaires vu de loin. Ensuite se seront Kori et Jules, les deux autres « jeunes » des volumes suivants. Ces zones floues, à certains moments, ce qui me gène un peu, c’est qu’on a vite l’impression qu’elles sont reléguées au tout tout tut dernier plan. Autrement dit, pour une curieuse comme moi, ça été difficile de fermer le bouquin, il y a vingt minutes seulement, sans en connaitre le fin mot. Parsqu’au final, hormis des jeunes fichés terroristes, des histoires de tensions entre jeunes, des histoires d’amour naissant, un roadtrip, des séparations et un rendez-vous pour les experts du WOT, on n’en guère plus sur ce virus, ses origines et tout ce qui va avec. Bon, on le devine quand même, il est possible de survivre à l’après-virus, du moins, c’est ce que laisse comprendre le livre, sa fin. Mais que va-t’il se passer au final, après la fin des romans, vu qu’ils sont quand même fichés terroristes?

Le point qui me trouble, c’est aussi Stéphane, à travers les yeux de Yannis. Ce n’est pas sur le plan technique mais en tant que personnage. Elle n’a pas l’air de savoir ce quelle veut, parait constamment sur la défensive, agressive et à l’air de se jouer un peu de Yannis et Marco…

Moi qui aime les scénarios post-apocalyptiques, je suis quand même bien servi car outre le contexte, on reste quand même centré sur les personnages et c’est peut-être pour ça que le reste est en arrière plan, flou et sans réponses. Yannis, bien que le début soit un peu longuet, est attachant avec son esprit de jeune qui vient de voir ses proches mourir. Heureusement, il a son chien – j’avoue que je me suis souvent bien plus souciée du chien que de Yannis (Brigitte Bardot, bonjour!!!). Il a beau voir des fantômes, il a beau avoir ses propres démons, il a beau être un accro de WOT, il a des réactions humaines d’un jeune ado. Et c’est ce qui rend le livre bien. 

Bien sur, c’est un livre qui cible les jeunes. Mais je le conseille vraiment, ou à défaut, d’en lire au moins un pour se faire un idée car le livre est loin d’être cucul et mal tourné.

Publicités

4 commentaires sur « U4 .Yannis »

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s