Après la rafle


 

[Article publié initialement le 3 octobre 2015 et légèrement modifié le 11 juillet 2017]

Au delà d’un récit sur la second guerre mondiale, au delà des mots d’un enfant juif aujourd’hui bien plus vieux, ce livre renvoi  cette époque sombre des déportations mais aussi de l’après-guerre où, pour ceux qui ont survécut, il faut se reconstruire, aller de l’avant malgré la perte et les traumatismes, et où, surtout, il faut réussir à pardonner.

J’ai apprécié ce livre dans le sens où il a une âme, du vécu. Joseph a fait  camps de Beaune-la-Rolande, il s’en est échappé avec l’aide, et grâce à lui, de Joseph « Jo ». Pendant cinq heures, ils s’écorchent à travers les barbelés. Mais ils y arrivent. Pour autant, le récit ne s’attarde pas que sur cet épisode là. Son histoire ne se résume pas seulement à son évasion. Du moment où il sort du camps jusqu’au moment où la guerre sera finie, il passera de familles d’accueil en familles d’accueil par le biais d’orphelinats, vivra dans la peur d’être rattrapé, d’être balancé aux allemands. On connait aussi sa vie d’après-guerre et c’est ce que j’apprécie car l’histoire des juifs, leur calvaire, ne s’est pas arrêté, leur mémoire ne s’est pas effacée simplement le jour où la guerre a pris fin. Il a fallut se reconstruire. Il leur a fallut réapprendre à faire confiance  aux gens mais aussi à cette France qui avait la responsabilité de protéger ses citoyens, juifs compris.

Les raisons de lire ce livre? Il est petit – seulement 283 pages – et se lit très rapidement. De plus, on n’y voit pas seulement le camps de concentration mais aussi l’après-guerre. Enfin, c’est un livre qui est fluide et Joseph, quand on lit son histoire, on n’a qu’envie de le prendre, de le protéger!!

Auteur: Joseph Weismann

Catégorie: Récit – Histoire

Format: Poche

Editeur: J’ai lu (la couverture est la même que celle présentée ici)

Collection: J’ai lu Documents

Paru le: 07 Juin 2013

Prix (Fnac): 6,70€

Après la rafle

« Juillet 1942. Au camp de transit de Beaune-la-Rolande où il a été transféré avec toute sa famille après une sinistre étape au Vél’d’Hiv, Joseph Weismann a déjà perdu l’insouciance de ses onze ans. Quand arrive le jour de la déportation, les forces de l’ordre s’emparent brutalement des adultes, laissant des centaines d’enfants déchirés de douleur. Les soeurs de Joseph ont également été emmenées. A bout de larmes, le jeune garçon décide de s’enfuir avec un copain. Ils mettront cinq heures à traverser les barbelés qui cernent le camp… Jusqu’à la Libération, ce gamin chétif va se cacher. Dénonciation ignoble, protection inattendue de deux gendarmes, maltraitance de certaines familles d' »accueil » et enfin un couple merveilleux qui va en faire un homme. Désormais, il a pour devise : « Le bonheur droit devant ». Il veut tout gommer, la souffrance a presque engendré le déni. Et ses cauchemars, la nuit, il n’en parle à personne. Ce n’est qu’en se rendant à Auschwitz, où les siens ont disparu avec tant d’autres, qu’il accepte de regarder l’horreur en face. Et c’est Simone Veil, un jour, qui l’incite à témoigner. Pour que les jeunes générations sachent. Pour qu’elles veillent à ce que l’Histoire ne se renouvelle pas. »

Publicités

4 thoughts on “Après la rafle

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s