« Le 23 Juin 1918, dans le port de Southampton, mon grand-père a embarqué incognito sur l’Orpheus. L’Orpheus n’était pas un navire de passager, mais un cargo de réputation douteuse. Son capitaine était un Hollandais ivrogne et corrompu jusqu’à la moelle qui le louait au plus offrant. […] Mister Caïn exigea du Hollandais qu’il embarque sa troupe de cirque et lui fasse passer la Manche. Mais le prétendu cirque de Mister Caïn cachait autre chose que de simple baraques de foire. »

wp-1470655528362.png

Le Prince de la BrumeCarlos Ruiz Zafon est un de ces auteurs qui se lit facilement, quelque soit notre âge, quelque soit le contexte. Je recevais un premier tome de cet auteur il y a quelques années. L’année suivante, en été, je dévorais tous ses livres, en bord de plage. D’ailleurs, l’endroit où j’étais, en Gironde, a fortement participé aux décors que je m’imaginais dans les romans.

Mon avis sur le Prince de la Brume.

Le Prince de la Brume mêle bien le fantastique et le suspens, l’amitié des enfants et l’histoire des lieux. On se laisse facilement emmener. Chaque page nous attire vers la suivante, les détails – tel que l’horloge ou le chat – mettent une angoisse qui donne envie de connaitre le fin mot de l’histoire. A l’origine, ce livre se destinait pour les jeunes. Il le dit lui même: « Les lecteurs familiers de mes dernières œuvres, comme L’Ombre du vent et Le jeu de l’ange, ne savent peut-être pas que mes quatre premiers romans ont été publiés pour la jeunesse. Bien qu’ils aient surtout visé un jeune public, mon souhait était qu’ils puissent plaire à des lecteurs de tout âge. »

Ma foi, c’est pari réussi car c’est un livre que j’ai conseillé à une dame un peu plus âgée que moi (pour ne pas la vieillir) et qui les a adoré.

Résumé:

« En 1943, la famille Carver décide de déménager dans un petit village au bord de l’Atlantique, afin d’échapper aux tumultes de la guerre. Une fois sur place, Max, 13 ans, et ses deux sœurs se lient d’amitié avec Roland, un orphelin du village. Mais bien vite, Max découvre des choses étranges : un champ plongé dans la brume d’où émergent des statues disposées en forme d’étoiles à six branches ; l’épave d’un navire portant le même symbole ; des portes qui s’ouvrent et se ferment toutes seules ; des voix qui surgissent d’un placard… Lorsque la petite Irina, mystérieusement enfermée dans sa chambre, parvient à s’évader, elle trébuche dans l’escalier et tombe dans le coma. C’est alors que Max, Alicia et Roland commencent à comprendre la véritable histoire des lieux, celle de la maison et du phare, dont le propriétaire est un certain Cain, surnommé le Prince du brouillard… Celui-ci serait revenu à la recherche d’un fils qui lui avait été promis en échange de l’amour éternel d’une jeune fille… Et ce fils n’est autre que Roland…Scénariste, romancier, Carlos Ruiz Zafòn, né en 1964 à Barcelone, vit à Los Angeles. Son quatrième roman, L’Ombre du vent, a reçu un accueil enthousiaste de la critique et du public et a été traduit dans le monde entier. Sélectionné pour le prix Femina 2004, il a reçu de nombreuses récompenses littéraires en France. »

Publicités

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s