Philippa Grégory


Histoire d’un coup de coeur, j’achetais ce livre suite à cette série qui m’avait tellement plu: The White Queen. Philippa Grégory, comme pour Deux Soeurs pour un Roi, réussi à nous immerger dans l’histoire de la cour royale, dans un style fluide et harmonieux, loin de ces récits pompeux qui se perdent dans des phrases à rallonge.

Catégorie: Roman – Histoire

Format: Archi Poche

Sortie: 5 février 2014

Prix: 8,65€

La reine clandestineRésumé

« 1464. L’Angleterre se déchire.

La maison d’York, avec à sa tête le roi Edouard IV, s’oppose à la maison de Lancastre, qui souhaite lui reprendre le trône.

Le jeune roi fait alors la connaissance d’Elisabeth Woodville, veuve et mère de deux garçons.

Séduit par son extrême beauté, il l’épouse en secret. Richard Neville, comte de Warwick, cousin et principal conseiller du roi, réprouve cette union qui contrecarre ses desseins politiques.
Il voit de plus son influence décroître au profit des proches d’Elisabeth. Neville passe alors à l’ennemi et rejoint la maison de Lancastre.

Dévoilant un épisode historique méconnu, Philippa Gregory met en scène une héroïne inoubliable au milieu de la tourmente, prête à tout pour l’honneur des siens. »

Mon avis

Côté traduction:

Le reproche que j’ai à faire, ici, surtout, concerne le titre, ou plutôt sa traduction: La Reine Clandestine (VF) / The White Queen (VO). Effectivement, si on blabla un minimum anglais, on a tôt fait de traduire ce titre anglais par La Reine Blanche et non pas clandestine. De plus, le titre se réfère à la guerre des Deux Roses, la rose blanche contre la rose rouge. Les Lancastre  contre les York. Mais ce problème va à la traduction qui a modifier le titre… 

Côté livre:

Concernant, le livre en lui-même, je dois dire que j’ai bien aimé l’histoire. Elisabeth, quoiqu’un brin orgueilleuse et parfois visant trop haut – jusqu’à causer involontairement la mort de ses proches – est attachante. On veut la voir réussir. On veut la voir continuer le règne, ainsi que ses enfants après elle, bien qu’elle fut autrefois liée aux Lancastre avant de « succomber » au charme de l’héritier d’York. J’ai bien aimé voir l’avancement de cette femme fidèle devenir la femme d’un roi plus jeune qu’elle. J’ai aimé voir de ses yeux sa vison des choses. Bref, la vision d’une femme à travers la fin de son premier veuvage, son règne, la naissance de ses enfants, les guerres fratricides, son second veuvage lorsque le roi meurt. Bien que l’on n’est pas accès à toutes les informations et que certains moments soient dans le flou du fait d’un narrateur fixe, l’histoire se tient – nous tient, plutôt. De plus, si l’histoire d’amour entre le roi et Elizabeth Woodville est là, au début, elle n’est pas pour autant le pilier central. Ainsi, on assiste réellement à tout, aux rumeurs mises en avant plus que les faits réels parfois, la guerre des frères / oncles / neveux. Philippa réussi, ici, à mélanger fictions et faits réels.

Le seul petit hic à l’histoire, c’est que cette dernière est écrite au présent (genre: « je suis au bord du chemin, lorsque le roi arrive »), ce qui me bloque un peu.

Publicités

9 commentaires sur « La Reine Clandestine »

  1. Tu as raison concernant le titre du livre. Ça ne m’a pas spécialement gênée au cours de ma lecture mais il aurait été effectivement plus logique de traduire le titre, d’autant plus qu’en l’occurrence, ce n’était pas bien sorcier et une traduction littérale aurait été tout à fait cohérente. Enfin, nous n’y pouvons plus rien et autant nous concentrer sur le reste du livre ! ^^
    Je suis en train de le terminer et je dois dire que j’ai bien apprécié cette lecture même si je suis en train d’entamer les derniers chapitres et que je ressens quelques longueurs (rien de grave cependant).
    La Reine Clandestine est un bon roman historique, efficace et qui fonctionne bien, malgré quelques petites inégalités. 😉 Philippa Gregory a le don pour nous intéresser aux destins fascinants de ces femmes qui ont fait l’Angleterre. Que ce soient des héroïnes relativement connues (comme Anne Boleyn) ou un peu moins, comme ici, avec Elizabeth Woodville, c’est toujours intéressant.
    Après avoir lu ce roman, je pense que je vais continuer ma découverte de sa saga sur les reines et princesses de la fin du XVème siècle ! ! 😉

    A-Little-Bit-Dramatic
    http://le-salon-des-precieuses.eklablog.com/

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce commentaire!!
      C’est tout un univers que celui que nous presente Philippa Gregory, meme avec quelques longueurs. Je te conseille vraiment la suite et j’ai hate de voir ce que tu penseras de la suite!

      J'aime

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s