[Littérature] Le Fil des Souvenirs


 

[Article initialement écrit le 9 septembre 2015 et légèrement modifié le 8 juillet 2017]

Bien que j’ai été contente de le finir enfin hier soir, j’ai bien aimé ce livre. Le seul minuscule reproche? Quelques petites zones flous, des moments personnels peu développer au profil des événements qui se déroulent en parallèle de l’histoire des personnages.

J’ai aimé voir l’évolution de Thessalonique, cité au début multi-éthnique. J’ai aimé les personnages, quoique j’aurais aimé qu’Olga, la mère de Dimitris, s’affirme plus face à ce mari qui la méprise et qui n’aime pas leur fils car il n’a aucune emprise sur eux. J’aurais aimé qu’elle le gifle à de nombreux moments, lorsqu’il les délaissés. J’aurais aimé que l’oncle Léonidas ne meurt pas si tôt, preuve qu’il a laissé une grande place vide par l’attachement qu’on lui accorde.  J’aurais aimé effectivement que les moments intimes durent un peu plus, avec plus d précisions parfois.

J’ai aimé Katerina et la dame américaine, sa fée tout en blanc. J’ai aimé Eugénia qui recueillit la petite et la traita comme sa fille. Je regrette que les deux jumelles d’Eugenia n’ai pas une plus grande place. J’ai aimé Dimitris pour ses convictions, que son père lui ne respectait pas.

La Grèce d’avant, tourmentée, eux, ils y étaient et à travers leur histoire, on a bien vu l’évolution d’entre les guerres civiles, la Seconde Guerre Mondiale. J’ai aimé le livre, quoique pas autant que L’Ile des Oubliés, mais presque car le schéma est semblable et bien tissé, de telle sorte que rien n’est laissé au hasard.

 

Catégorie: poche.

Prix: 8€10.

Acheté chez: FNAC.

Le Fil des souvenirs

1917, Thessalonique. Le jour de la naissance de Dimitris, un terrible incendie détruit la ville. Sa famille doit déménager dans les quartiers populaires. C’est là aussi que viennent s’installer des réfugiés turcs quelques années après. Parmi eux, Katherina.

Le destin réunit les deux enfants, l’un héritier d’un empire textile, l’autre couturière prodige. Ensemble, ils seront les témoins d’une Grèce tourmentée, de l’occupation allemande aux révolutions civiles et à la dictature, qui défigureront leur cité autrefois multi-ethnique et fraternelle.
Presque un siècle plus tard, de quels secrets sont-ils les gardiens ? Comment les transmettre avant qu’il ne soit trop tard ? Le temps est venu de dérouler le fil de leurs souvenirs.
Dans la digne ligne de L’Ile des oubliés, best-seller vendu à plus de 2 millions d’exemplaires dans le monde, une édifiante leçon de mémoire. Deux romans seulement et déjà un «style Hislop». M. de Tilly, Le Point.

Publicités

4 thoughts on “[Littérature] Le Fil des Souvenirs

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s